BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

101 - DE LA PROMO CELA VOUS DIT ?

Une année s'achève.

Dans le sang, comme celle d'avant et celle d'avant encore.

Une année s'éteint et avec elle son cortège d'ombres mais aussi de couleurs, des espoirs déçus et des rêves intacts, une année avec des teintes contrastées, des moments forts et très intenses  mais aussi des incompréhensions devant l'absurdité et les meurtres qui vont avec, qu'ils soient publics ou bien privés.

Enfin quoi, une année qui s'empile sur un empilage qui devient de plus en plus instable, une sorte de tour de Babel version Brueghel telle que l'on peut la voir au Kunsthistorisches de Vienne et qui illustre l'orgueil des hommes voulant atteindre le  ciel. Un tableau magnifique - des tableaux puisqu'il y en eut plusieurs - qu'on ne devrait jamais perdre de vue au moment où certains êtres plus "religieux" que d'autres se prennent pour des envoyés de dieu.

 

Alors dans ce monde qui n'est pas fou mais seulement peuplé de fous j'ai eu la bonne surprise de voir la vente de mes livres s'accroitre malgré ce qui précède, malgré aussi le bouquin numérique, malgré le "I" que l'on nous verse à toute les sauces ce "I" informatique qui fait peur à tant de libraires amis. Les gens aiment tenir l'ouvrage, sentir le papier, communier avec l'auteur parce que, justement, c'est lui qui est en cuisine et qu'il aime les serviettes blanches, le couvert de qualité  et pas les repas pris à la-va-vite sur un coin de table et l'œil sur les réseaux sociaux.

Dans la bibliothèque que je me construis et qui me recevra dans le premier trimestre qui arrive cette odeur m'emportera, elle m'enivrera, drogue douce des grands écrivains qui furent mes maîtres.

Là, dans ma caverne d'Ali Baba j'écrirai ce livre que je porte depuis si longtemps, qui me taraude, qui me hante et dont, à chaque fois, j'ai bousillé les pages parce que, comme Palissy avec sa céramique émaillée, je ne veux pour lui que l'excellence dans l'orgueil du balancement de mes phrases.

 

Mais une nouvelle année se pointe et avec elle sa cohorte de salons, dédicaces et  rencontres.

Là j'essaie de ne pas  m'éparpiller ce qui m'arrange au fond n'aimant pas trop vous le savez je crois ce genre de barnum.

Néanmoins je serai à Paris, au salon du livre porte de Versailles. Ce sera le 25 mars, un samedi je crois. En fait c'est l'excuse pour retrouver mon cher vieux quartier latin.

Et puis après, le 21 mai, je participerai au salon international de Mazamet. Ne soyez pas étonné, j'adore cet endroit où nous serons plus de cent dans un espace dédié, tourné vers le livre, l'auteur et pas la seule "vente" du livre. J'aurai d'ailleurs un ouvrage en concours à cette occasion.

Entre temps, avant ou après cela dépend de l'humeur, je cèderai pour certains lieux, je pense à Rive-de-Gier dans la Loire en mars ou Toulon en novembre tout ça parce que des amis me manquent. Peut-être aussi Montauban toujours en novembre. Mais là c'est par fainéantise puisque c'est à côté et que l'on y mange bien.

Enfin quoi je me montre, je m'expose, je m'étale, je rigole un poil de ma tronche, heureux de vous voir avant de me réfugier à nouveau dans ce que j'aime le plus, une page blanche, quelques mots qui s'échappent, une histoire d'amour parce que l'amour n'est-ce-pas c'est mon moteur, un grand ciel de rêves et un petit cœur quelque part qui bat, bat encore étonné de vivre et de toujours croire.

Comme si j'avais l'éternité....

 

 



21/12/2016
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres