BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

136 - " MONSIEUR NERRY, JE VOUS ENVIE..."

C'est en substance ce que dit François Truffaut à Richard Dreyfus dans le film "Rencontre du troisième type" alors que ce dernier s'apprête à quitter la Terre pour partir vers l'infini avec... des extra-terrestres.

Ce film pour moi est un film culte, vu et revu maintes fois, émerveillé par la fin, étonné des moyens.

Oui un des films rangés dans ma mémoire.

Oh ! Pas tant par sa qualité qui est moyenne, pas plus d'ailleurs pour le scénario un peu mince ni par le jeu des acteurs qui a vieilli mais bel et bien par l'Utopie qui s'en dégage et par la formidable porte qu'il ouvre à nous, hommes mortels, et qui vivons notre vie comme si nous étions éternels.

 

En fait, tout est là, dans ce besoin de croire à autre chose qu'un mauvais tas de terre qui viendra recouvrir notre corps passablement amoché.

 

Alors certains s'enfoncent dans des "églises", d'autres donnent à leur vie des chemins qui leur procurent non seulement des raisons de vivre - c'est le caritatif, la politique, le travail, l'amour - mais aussi et surtout un sens à leur vie.

En fait, naître est une grande fumisterie car, entre le premier cri et le dernier râle, nous n'avons fait qu'empiler nos soubresauts après les soubresauts des autres, et cela dans l'enchaînement des jours sans percer le mystère du pourquoi et du comment.

J'ai employé volontairement le terme "d'enchaînement" car il en est ainsi depuis que le monde est monde, comme une chaîne que nous nous transmettons, chaîne qui s'alourdit à chaque découverte sur nos origines - et donc ipso facto notre devenir - car cela rajoute des interrogations à celles que nous avons déjà.

 

Et voilà, dans cette affaire, "Monsieur Nerry" qui part dans un vaisseau en compagnie de petits hommes verts pour aller s'assurer que nous ne sommes pas seuls, certes, mais surtout pour tenter, avant de mourir, d'être un peu moins con que le risque qu'il avait de le devenir sur Terre.

 

Ga-lac-tique ! Aurait dit Dali.

Oui, Galactique ce qui, vous en conviendrez, change sérieusement l'échelle de notre existence, nous qui sommes habitués à regarder la vie à travers notre télévision au prisme si déformant.

Bon, je vous entends !

Si, si, je vous entends, vous vous demandez où je veux en venir avec mes soucoupes volantes !

 

La vie est un jeu d'échecs dont nous sortirons mat. Cet échiquier nous est imposé, nous n'avons ni le Roi, ni la Reine, ni même les Fous, nous ne sommes que des pions.

En fait je crois que j'aime les Utopistes, j'aime les "Monsieur Nerry", j'aime les "cinglés", ceux qui osent, ceux qui savent que, parce que c'est écrit, veulent rajouter quelques lignes, ceux qui tentent de réaliser leurs rêves envers et contre tous.

Regardez ce vieux film, laissez-vous prendre, laissez-vous emporter.

Je vous le garantis, vous n'aurez plus envie de revenir.

 



23/09/2017
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres