BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

170 - LA FEMME RAISONNABLE

Elle a passé sa vie à construire la vie des autres à commencer par celle de son mari qui, sans elle, aurait erré entre petits boulots, virées entre "potes" et parents intrusifs.

Elle a passé son temps à rêver d'autre chose, d'une maison sur la colline, de tendresse tactile, d'élévation intellectuelle et de voyages lointains.

Elle a usé sa vie, enfermée dans une logique de couple qui devait réussir, comme une obligation, un but, une nécessité.

Alors elle a tout donné, ses heures, son travail, son corps, sa présence, son salaire chèrement gagné et s'est illusionnée durant de longues, longues années.

Elle est devenue "représentative", lui la "montrant" fièrement comme une prise de guerre et elle jouant à la femme comblée.

Tout était "construit", fabriqué, programmé et quand l'enfant est arrivé c'est vers lui alors qu'elle s'est tournée, le maternant, l'éduquant, le poussant, le protégeant.

Elle, elle passait toujours après.

Ainsi est allée sa vie, plutôt comme un lent canal bordé de digues fermes qu'un torrent de vie aux bouillons vivifiants.

Elle a continué avec ses amis,  recevant,  écoutant, soulageant, participant, toujours présente, toujours altruiste et disponible, à l'écoute des coups et blessures des autres sans s'occuper des hématomes de son âme qui, parfois, mais de plus en plus souvent au détour des âges redoutables, la faisaient se réveiller la nuit sans qu'elle comprenne bien pourquoi.

 

Même si elle ne reconnaissait plus la jeune fille qu'elle avait été.

 

La vie est un concasseur si l'on ne se méfie pas et elle, lentement, s'endormait dans ses certitudes, sauvant quelques vacances, quelques "sorties" qui lui faisaient respirer un autre air que cet air de "terroir". Cet air qui, lentement mais inexorablement, endormait ses rêves mieux qu'un narcotique savamment administré.

Puis vint le temps des associations, comités, réunions amicales et autres "jamborées" pour adultes vieillissant. Là encore elle donna tout son temps, toute son énergie, toute sa force sans jamais, jamais penser à elle, enfin quoi je veux dire sans jamais penser à son cœur, son destin, sa vie à elle non polluée par les desideratas des uns et des autres.

Elle recevait alors, passait des journées à préparer sa maison, s'occuper de la cuisine pour que chacun soit  accueilli comme un prince elle qui n'était la princesse de personne. Elle était parfaite, trop parfaite, tentant dans sa logique de "bonne épouse" d'endiguer ce qu'elle refusait de voir arriver.

 

Et un jour, un jour de ces jours où la vie parait usuelle, un jour comme avant mais plus comme demain, quand elle ouvrit sa porte aux coups qui résonnaient dans son cœur, elle vit un si merveilleux rayon de soleil qu'elle se donna, épuisée mais heureuse de sentir ces caresses nouvelles qu'elle avait toujours attendues.

 

Elle redevait gamine, elle devenait femme, elle vibrait de sensations rares, elle sentait que son corps explosait alors qu'un autre homme ne l'avait qu'effleuré. Elle reconstruisit sa maison sur la colline, elle emprunta dans sa tête des chemins de traverse et bascula vers ce qu'elle avait toujours attendu, la sensation puissante et ô combien rare d'être devenue l'unique passion d'un homme qui lui ressemblait.

 

Elle aurait pu changer de vie, oui, elle aurait pu elle aussi, comme d'autres, comme tant d'autres mais c'était une femme raisonnable et on ne fait pas faire le grand écart à une femme qui toute sa vie a compté ses pas. Elle vécut des moments d'une intensité inouïes, une fusion jamais atteinte, une osmose qu'elle croyait en réalité improbable mais toujours, quand elle redescendait sur terre, sa raison lui disait qu'elle était folle.

Et sa raison eut raison de sa déraison.

 

Ainsi va la vie n'est-ce pas et chacun, ou chacune, dans cette affaire ne fait que la traverser ou la vivre, c'est selon...

Mais une chose est sûre néanmoins, naitre c'est déjà mourir, cela veut dire que la vie elle-même est irrationnelle.

Et "vivre" au fond n'est-ce pas alors la plus grande des utopies ?



12/07/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres