BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

29 - UNE FEMME DE MAINTENANT !

C'est une femme de maintenant.

C'est à dire que c'est une femme seule, avec trois gosses à la maison, un boulot de merde, des fins de mois acrobatiques, des "amis" en trait d'union, des dimanches de solitude à sourire devant des enfants qui ont leurs vies d'enfants et une vie qui s'étire et s'étire encore sans un rayon de soleil, même pas trois numéros remboursés au loto quand la cagnotte se fait mirage dans ce désert d'égoïsme. Evidemment ces rêves là ne peuvent fleurir que lorsqu'il reste quelques centimes dans le fond des poches !

Comment dit-on ? Foyer décomposé ?

Et ne croyez pas que cette femme est un repoussoir, une virago, une mégère emplumée avec boursouflures des fesses et poils aux mentons, que nenni ! C'est un biscuit, une sorte d'enluminure aux mains si fines et au visage si pâle qu'elle me fait penser à certains portraits de Véronèse dans les contre-jours des croisées vénitiennes quand le soir se fait pourpre avant de sombrer.

Lorsqu'il nous arrive de prendre un café elle ne se plaint jamais, sourit toujours, écoute tout le temps.

Mais derrière ses yeux, dans le bruissement de ses silences, dans cette façon toute délicate qu'elle a d'emporter le chocolat ou le biscuit qui accompagne notre breuvage je sais, et elle n'en est que plus belle. Je sais le banquier qui klaxonne comme si cette femme était une autoroute du profit, je sais les crédits empilés et négociés pour que les enfants aient ce qu'il convient et qu'ils ne rougissent pas, je sais la faim, oui c'est con n'est-ce pas la faim, c'est basique la faim, c'est "sans papiers " la fin, c'est inconcevable quand on a une " habitation à loyer modéré ", un travail et qu'on essaie, tant bien que mal de faire bonne figure !

Et, ce qui à mes yeux est le plus attachant c'est que cette femme a tout connu des biens et de la richesse, a voyagé, trimballé son amour dans des pays d'Afrique ou du bord de la Méditerranée, goûté au luxe, au bien être, à la sécurité et qu'aujourd'hui elle se tait, fière et droite, immensément fière et droite.

Alors me direz-vous l'homme ou les hommes, que sont-ils devenus ? C'est bien beau insisterez-vous d'avoir trois mômes mais il a bien fallu qu'un cerf prenne la biche alors qu'elle s'abreuvait à l'onde sans se méfier, qu'elle se donne toute entière, qu'elle acquiesce, qu'elle opine,  enfin quoi dans le temps, pour enfanter   il fallait bien un homme, un élégant, un trapu, un qui sait.

Ou un enfant.

Homme mais capricieux.

Mais égoïste.

Mais lâche.

Surtout lâche et qui ne veut pas savoir.

Alors voyez-vous, je suis un mec, pas facile, caractère et tutti quanti, enfin quoi j'ai mes tares d'hommes mais quand je vois cette femme, quand je vois ces femmes comme elle, je reste médusé devant la force de certaines et la volonté qu'elles ont de rester ce qu'elles ont toujours été, c'est à dire plus hautes que nous.

Et je comprends que par moment, comme un essoufflement, une désespérance, une révolte sourde, elle me glisse l'air navré que c'est tellement facile de défiler par millions dans la rue quand des gens, pas elle évidemment qui a un toit et, malgré tout, un travail  mais des gens paumés, perdus et seuls crèvent dans l'indifférence des passants qui vont casser la croûte.

 



10/02/2015
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres