BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

35 - UN VENDREDI A PARIS

Je voulais profiter du salon du livre de Paris pour revenir sur des lieux que j'avais bien connus.

Oui, je voulais.

Je voulais retrouver une ambiance, revoir des rues, respirer des odeurs qui m'avaient fait chavirer il y a si longtemps déjà.

Oui, je voulais.

Je voulais que le livre que je suis en train d'écrire soit précis dans les détails, les dates, les moments, enfin quoi, qu'il soit ficelé, que vous soyez contents.

Oui, je voulais tout cela.

Et j'en ai pris plein la gueule.

En fait j'ai été secoué.

 

Paris, le quartier latin.

Le vendredi 20 mars vers 15 heures je débouche du métro Saint-Michel au pied du boulevard. Il fait beau et la capitale a un air de printemps. Elle se fait amoureuse, vivante et se glisse dans des jupes plus courtes et des chemisiers échancrés qui allument les yeux des hommes. Sur les trottoirs des lunettes noires, des sacs remplis d'achats, des cohortes de japonais, d'américains et d'autres encore qui parlent fort, s'interpellent et se répandent sur la place Saint André des Arts toute proche.

Derrière moi les bouquinistes sont ouverts et je vois les gens qui déambulent en se tenant par la main. Le livre a toujours été un prétexte pour les amoureux.

Moi ce sont mes souvenirs qui  me tirent par le bras et qui m'entraînent.

J'arrive à la Sorbonne. Plus haut le Luxembourg et partout des rues, des rues qui m'écrasent de souvenirs, rue Gay-Lussac, rue Soufflot, rue des écoles, rue Cujas, des rues, des rues et j'entends, je ferme les yeux et j'entends.

Les cris, les charges, les arbres qui tombent, les sifflets des CRS, les sirènes, le fusement des grenades, les ordres, contre-ordres, les rires, les hurlements, les chants, beaucoup de chants.

Je sens les odeurs de brûlé, de gaz, de voitures qui crament, la sueur des gamins qui ont la trouille mais qui gueulent si fort parce que les amis sont là, parce que les filles sont là.

Je m'adosse à une grille et je ferme les yeux.

Je n'ai pas fait 68 par engagement politique. Je me souviens juste qu'il fallait que je sois là. Je me souviens aussi m'être dit que les filles aimaient les "héros". Alors j'ai pris ma part. Pas étudiant mais lycéen, vieux lycéen avec ma tête dure et mes redoublements en cascade et donc plus vieux que certains de la fac qui avaient encore des boutons sur la gueule. J'ai fait ce que je croyais devoir faire et je sais qu'on a morflé avec nos trognes de mômes et nos amours commençants. Je sais aussi que tu avais un regard que je n'ai plus jamais retrouvé quand, plus tard, bien plus tard nous avons mangé des fraises dans ce vieil appartement qu'un ami m'avait prêté.

Je suis revenu vers la Seine au milieu de gens indifférents.

Je suis revenu vers Notre Dame et je me suis accoudé au parapet dans l'attitude du mec qui contemple.

Sauf que c'était ma mémoire que je faisais défiler.

Les cars de CRS étaient planqués là, le long du quai de la Tournelle, les Citroëns et les J7 de la police, les voitures d'Europe 1 aussi. Et puis des ambulances, des voitures banalisées, des curieux retenus par des cordons de sécurité, curieux du cirque et du sang à venir.

J'oubliais les gens qui parlaient dans des langues pas possible, les gamins qui suçaient les premières glaces et ces  presque cinquante ans qui avaient fait de moi ce que je suis maintenant. Je revois des visages, des sourires, des coups d'éclats, des tremblements de peur et des hésitations.

Je revois ma vie que j'aime et qui m'aime, et le deuxième terme est bien sûr bien plus important que le premier.

Oui, j'en ai pris plein la gueule ce vendredi à Paris.

Le reste c'est pour moi car je suis sûr d'une chose, on ne partage qu'avec soi-même les moments où votre vie bascule et les raconter serait tellement les amoindrir que j'aurais l'impression de les trahir.

Alors quand, le dimanche au salon, j'ai vendu pas mal de livres je me suis foutu de ma gueule parce que le rire, après l'amour, est ma seule carapace.

 



23/03/2015
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres