BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

48 - LA FOLLE DE VALENSOLE

Voilà !

Le quatrième livre vient de paraître, c'est tout frais !

Comme toujours, pendant un peu plus d'un mois on ne peut le commander que sur le site de mon éditeur, Edilivre, et ensuite il sera partout, urbi et orbi, dans les librairies et sur les grands distributeurs du net.

Alors tout de suite une impression qui revient, toujours la même, celle d'un éloignement, d'un bateau qui prend la mer et que plus jamais on  ne reverra. Une sensation de séparation comme une femme aimée, très aimée pendant de longs mois et qui vous quitte, comme ça, parce qu'elle a grandi, parce qu'elle ne vous appartient plus, parce que dès le début elle ne vous a jamais appartenu, passant simplement sur votre pont pour rejoindre d'autres rives.

Oui, sensation étrange, mélange de tristesse et de joie, envie de garder ce livre pour moi et de le partager, impression d'achèvement, de page qui se tourne.

Le mot Fin quoi !

Alors que vous dire, que j'ai aimé écrire cette histoire, que j'ai partagé cette aventure et que, oui, cette femme dont je parle dans ce livre c'est moi, moi seul, avec mes envies d'espaces, de couleurs, d'odeurs, de vies cette vie que Lola mon héroïne a tant aimée.

Et puis, parce que je suis un homme, parce qu'au fond je suis lâche je me suis très vite remis à l'écriture pour oublier Lola. C'est une autre que j'aime et qui, je crois, m'aime un peu aussi.

Mais là je me tais.

Que voulez-vous les grandes histoires, celles qui mélangent le ventre et la tête, celles qui vous donnent envie de bouffer la vie par les deux bouts ne s'écrivent que dans la pénombre de notre imaginaire.

Dans l'immédiat, je vous souhaite d'aimer ma "folle" et d'aimer avec elle ce pays âpre et dur de Valensole, pays de lavandes, de soleil et de coups de folie. Je vous souhaite de plonger dans l'histoire et d'aimer suivre Thelme, mon facteur à la retraite, dans sa quête improbable.

Pour moi vont débuter des séances de dédicaces et là, je ne m'envie pas.

Que voulez-vous l'écriture est un métier de fainéant, un métier de solitude et se plonger dans la lumière pour "vendre" son histoire n'a jamais, mais jamais été ma tasse de thé.

 



07/09/2015
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres