BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

72 - LES SEISMES DU COEUR

Elle ne savait pas que l'amour c'est un peu comme des ondes sismiques.

Non elle ne le savait pas.

Cela gronde, cela résonne un jour, cela la fait chuter, c'est si profond qu'elle ne comprend pas d'où cela vient, cela déstabilise et rend fragile puis, sans prévenir,  le silence revient, la surface des jours lentement s'apaise et elle reprend alors sa vie là où elle s'était arrêtée quand son sol avait tangué et qu'elle se croyait morte.

Puis un jour, un jour bien lointain par rapport au premier jour, sa terre non seulement recommence à trembler mais elle s'entrouvre, elle se disloque et ces premières ondes qui l'avaient atteinte au coeur se propagent à une vitesse telle qu'elle les reconnaît, je dirais presque qu'elle les attendait.

 

Voilà une femme dans le basculement éblouissant de l'âge de la femme, une femme "sage", une femme heureuse dans sa vie et dans son couple, une femme bien loin des grandes aventurière, de celles qui enfourchent des étalons d'or pour les épuiser sous leurs étriers érotiques, et qui se retrouve coupée en deux entre un homme qui l'a sauvée au moment du séisme et un amour incandescent qui ressurgit et la brûle de l'intérieur mieux qu'un puits de pétrole en feux.

Alors des mondes se télescopent, des certitudes s'effondrent, des habitudes deviennent insupportables, des silences remplacent les rires et cette tectonique des plaques amoureuses brise d'un seul coup ce qu'elle croyait inamovible.

Quand l'amour déferle et que l'écume du désir de rêve devient réalité, plus rien, plus aucune certitude, ni dogmes respectés, ni chapelles inviolées ne résistent à cette lave qui avance. Alors le chamboulement du corps préfigure le chambardement de l'âme et la femme bascule entre bonheur et tristesse, entre amour et culpabilité, entre ce qui était et ce qui pourrait être.

 

L'amour c'est un arc avec des flèches et les traits reçus ne cicatrisent jamais.

 

J'ai vu des femmes tout quitter, d'autres reculer, d'autres encore se partager, d'autres enfin résister mais ces dernières, en s'aigrissant, achevaient de vivre l'espoir et finissaient au quotidien. Rien n'est simple n'est-ce pas quand il s'agit d'amour et chacun dans cette affaire fait comme il peut, cherchant dans les méandres des chemins entrecroisés celui qui fera le moindre mal à l'autre.

Mais quand même, il s'agit d'une vie, il s'agit de sa vie, il s'agit, au bout du bout de notre dernier précipice, de ne rien regretter quitte à brûler ses vaisseaux car, quand même et si on  y réfléchit bien, on vit sur un baril de poudre, alors à sauter autant que cela soit décidé, voulu et non pas subi.

 

Oui je sais, je vous entends d'ici, mais si, mais si je vous entends !

Que connaît-il de l'amour celui-là pour nous donner des leçons vous demandez-vous, que sait-il du cerveau des femmes ?

Eh bien justement, je ne sais rien, je ne suis qu'un contemplateur de beauté, qu'un explorateur un peu étonné de la diversité des êtres et de leurs décisions.

Non, c'est vrai, je ne sais rien.

Mais je "sens" et c'est déjà beaucoup.

 



08/05/2016
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres