BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

BLOG D'ANAÏS par Gérard CABANE

87- RAS-LE-BOL

Il y a les faux-culs, les hésitants, les donneurs de leçon, les planqués.

Il y a les idéologues, les masturbateurs cérébraux, les anti-ceci, les pro-cela, les trouillards.

Il y a les "debout", les "assis" et ceux qui se couchent.

Il y a les collectifs, les mercenaires, les individualistes et les jusqu'au-boutistes.

Il y a les ruraux, les urbains, les marins et ceux de la montagne.

Il y a le sucre et le sel, enfin ceux qui préfèrent l'un plutôt que l'autre et ceux qui ne peuvent prendre ni de l'un, ni de l'autre.

Il y a les fumeurs, les enfumés, les parfumés et les fumistes.

Il y a...il y a...il y a... Allons vous pouvez en rajouter la liste est infinie...

Comment voulez-vous que tous ces gens-là marchent de concert sans se taper sur la gueule ?

Et en plus si j'ajoute qu'il y a les femmes et les hommes, alors là c'est le pompon, le cratère infranchissable à tel point qu'aujourd'hui certains se pensent l'un alors qu'ils sont l'une et que l'une se veut un avec tout ce qui va avec au fond de la culotte.

Pas facile aujourd'hui de trouver son chemin d'autant plus que l'on nous colle de plus en plus un morceau de religieux au dessert de notre table, un gros, très gros poil de voile, un kiki caché ou casher, une sourate souriante et un pape mobile avec sa caravane d'évêques.

 

Je suis fatigué de tant de conneries, fatigué de tant de gens qui vivent leur vie à travers celle des autres, fatigué des conseils du genre " pas de soleil, pas de vin, pas de stress, pas de vagues...", de ces injonctions cherchant à limiter nos injections d'adrénaline. Attention, à ce rythme là l'on nous dira " pas de renoncules car la rime est dangereuse !"

Désolé, moi j'aime les renoncules.

Je suis usé, laminé d'être robotisé et je dis à tous ces tirailleurs du verbe allez vous faire sénégaler ailleurs et laissez-moi tranquille avec ma Lucie, ma belle australopithèque, car avec elle au moins serai-je tranquille, loin de votre fureur médiatique, à lui conter fleurette à grands coups de massue !

Ces médias, ces cracheurs de feu, ces contorsionnistes du cerveau ont la part trop belle, poussés par des nains politiques. Ces journalistes du "micro-trottoir" parlant français comme moi le vaudou s'échinent jours après jours à nous diviser, partager mais surtout, surtout à nous pousser dans la bonne direction, vous savez celle de la falaise, là où l'on se prend un vol plané de désillusions avant de nous casser la gueule dans un isoloir au fond de la cour d'école à gauche, derrière les pissotières.

 

Ras-le-bol de cette truanderie, ras-le-bol de cette époque qui va d'un siècle à l'autre, enfermant des femmes dans des fillettes style Louis XI et se tapant l'espace au-delà de Pluton, ras-le-bol des jacqueries datant de 1358 et des smartphones à batteries corporelles, ras-le-bol oui ras-le-bol de ne pouvoir respirer quelques lavandes sur le plateau de Valensole sans voir du Bio à tous les carrefours quand mes arrières grands-parents la distillaient sans trop se poser de questions, heureux de l'odeur, du soleil, de leurs mains calleuses et de l'eau fraiche du Toulourenc, là bas à l'abri du Ventoux !

Oh ! Ne pensez pas que je veuille retomber dans un passé heureux, cette époque est au fond mon époque m'apportant tant de joies et de bonheurs intimes que je ne lui cracherai jamais dessus, mais quand même on marche sur la tête à force de s'occuper de tout et d'abord des autres et de leurs façons de vivre.

On suit la météo, télévision ou radio toujours ouvertes, et l'on n'est plus capable de mettre le nez à la fenêtre pour voir le temps qu'il fait !

On lit Voici, point de vue, images du monde mais on ne sait même plus dans quel siècle vivait Rabelais, Montaigne, Goethe et quelques autres encore !

A force de couper les cheveux en quatre on va se retrouver tondus.

A force de vouloir aimer tout le monde on n'aimera plus personne.

Et ça voyez-vous, ne serait-ce que ce dernier point , cela me casserait sérieusement les pieds car vous le savez bien, me lisant depuis longtemps, ne plus aimer c'est déjà mourir.

Et là on va pas être copains !



05/09/2016
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres